Système contre système

Je profite de ce blog pour vous faire un petit topo sur le système éducatif Québecois, ou en tout cas sur ce que j’en ai compris.

Ce qui change vraiment à mes yeux dans l’école québécoise, c’est la façon dont les établissements se différencient les uns des autres. Entendons-nous bien, en France, nous avons le public/ le privé, tous régi par un seul et même programme établi par le ministère de l’éducation nationale. Après il y a toujours le système des options, des classes européennes, mais on peut pas dire que ça joue beaucoup sur la mise en avant de tel ou tel établissement. Non ce qui va faire qu’on va plutôt choisir ce collège/lycée plutôt qu’un autre c’est 1) Le niveau général et les résultats au brevet ou au bac, 2) la réputation, 3) l’emplacement géographique. Notre choix se porte rarement sur le contenu lui même, puisqu’il est uniforme.

Or au Canada, sachez déjà que le programme peut radicalement changer d’une province à l’autre (c’est à dire que ce n’est pas le même socle de base au Québec et en Ontario) sachez également que chaque établissement a sa propre spécificité. Tel établissement peut être coté pour son super cours d’art, tel autre pour sa bonne spécialisation en mathématiques, encore un autre pour le nombre de ses sorties scolaires, cela quel que se soit l’école publique ou privée. En gros, chaque école a sa propre identité, et le programme lui même est extrêmement flexible. Donc l’élève peut choisir de se spécialiser dès l’école primaire tant tel domaine s’il est sur de son choix. Autant faut-il vraiment savoir ce qu’on veut, ce qui n’est pas toujours évident.

Ce n’est pas à l’élève de s’adapter à l’école et à son programme comme en France, c’est l’école qui s’adapte à l’élève. Vous avez ainsi des écoles pour les surdoués, pour les handicapés, pour les dyslexiques etc…avec à chaque fois des méthodes appropriés, ce qui fait que l’enfant est à peu près sur de s’épanouir quelque part, ou en tout cas a plus de choix qu’en France ou si l’élève ne supporte pas le collège et son programme dès son entrée en 6ème, et bah il prend sur lui et il tient bon jusqu’à sa 3ème!

La façon d’enseigner est également totalement différente. Nous en France, on est les champions du contenu, de la finesse, et de l’esprit critique poussé à l’extrême. Les programmes sont surchargés, tournés vers le passé qu’on glorifie, on gobe des litres de culture, et on apprend à débattre, à argumenter, à disserter. A côté de ça, je dirais pour caricaturer qu’on voit tous qui est Van Gogh, Cézanne et Monet mais qu’on est bien incapable de lacer nos chaussures. Hé oui le côté pratique, c’est pas notre fort, et ça fait qu’on se complique souvent la vie au lieu d’aller à l’essentiel et de donner à l’élève  des clés pour savoir se débrouiller dans la vie!

Bref vive le système québécois et pour illustrer cet article quelques photos d’animaux du parc Oméga, à 1heure de route de Montréal

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Laisser un commentaire